L'ensemble du Pavin - Montchal - Les volcans les plus jeunes du Massif Central ?

 

 

L'ensemble du Pavin - Montchal  que l'on peut visiter fin Mai lorsque les jonquilles sont en fleur est situé au Sud de Besse, entre Sancy et Cézallier.

Le lac Pavin est facilement accessible à partir de Besse en Chandesse, en prenant la D178 en direction de Condat. Après 5km on arrive à une petite route qui monte vers le sud au lac Pavin (du latin pavens, épouvantable). Son âge, autour de 6000ans B.P. en fait le dernier-né des ensembles volcaniques du Massif Central.

 

Le lac Pavin

Le lac Pavin, à une altitude de 1197m, est certainement la structure la plus impressionnante de cet ensemble volcanique. D'un diamètre de 750m et de 92m de profondeur, il occupe une dépression circulaire découpée à l'emporte pièce dans des coulées et pyroclastites préexistantes. Il s'agit incontestablement, par la jeunesse de ses formes, la profondeur du lac, la présence de son anneau de brèche, d'un des plus beau maar du Massif Central. La brèche qui saupoudre largement le plateau environnant (15x6km) est constituée d'une matrice cendreuse et d'un mélange hétéroclite de blocs arrachés au substrat : granites et gneiss, trachyandésites montdoriens, vieux basaltes du Cézallier, basaltes récents du Montchal. La présence au sein de cette brèche de magma juvénile trachytique et de ponces de même nature ainsi que le recouvrement général de la brèche par ces produits témoigne d'une activité éruptive contemporaine de l'explosion phréatique. On parle alors d'activité phréato-magmatique. Le volume de l'éruption est estimé à 75 millions de m3.

Cette éruption est la dernière de la région. Elle a pu être datée par Carbone 14, grâce aux tourbières qui renferment les retombées aériennes issues de ces éruptions à 7000BP.

 

Maars – Diatrèmes

La rencontre de magma et d'une nappe phréatique provoque la vaporisation explosive de l'eau. Ce phénomène s'il est assez violent conduit à la formation de cratères d'explosions circulaires de quelques centaines de mètres de diamètre et quelques dizaines de mètres de profondeur. Ces cratères sont généralement bordés par les produits des explosions qui comprennent des fragments arrachés du sous-sol et quelquefois du magma frais. Lorsque l'éruption cesse après la phase maar, un lac circulaire s'installe dans le cratère du maar (Gour de Tazenat, Lac Pavin...). Si l'éruption continue par la sortie de lave, le maar peut être occupé par un lac de laves ( Puys de Pariou et de la Nugère...), des cônes de scories ( Puys de Beaunit ou de la Rodde), un dôme (Sarcoui) ou la protrusion d'une aiguille (Puy Chopine, Cratère Kilian) – exemples cités pris dans la chaîne des Puys. Un diatrème est la partie profonde d’un maar.

 

 

1 - explosion profonde.
2 - colonne explosive maintenue sous pression dans un conduit cylindrique.
3 - déferlante basale.
4 - la colonne éruptive s'élève verticalement mais son manchon externe décomprimé s'écroule, engendrant autour de l'orifice une déferlante basale horizontale.
5 - projectiles balistiques.
6 - obstacle (volcan antérieur) bloquant la progression de la déferlante.
7 - zone dite "à l'ombre".

 

Puy de Montcineyre

Le Puy de Montcineyre, situé 4km au Sud du Montchal est un cône de scories basaltiques qui a émis une coulée de 7km de long dont la cheire scoriacée a dévalé la Couze de Valbeleix jusqu'au hameau de Verdier. Le lac de Montcineyre est lié au barrage que fait le cône. Cependant une origine plus ancienne de type maar est possible. Le Montcineyre a largement saupoudré la région environnante sur plusieurs dizaines de kilomètres carrés de petits lapilli. Ce recouvrement qui atteint 10m au pied du volcan a fait l'objet d'une exploitation en carrière. Ils sont recouverts par les tufs du maar d'Estivadoux.

 

Maar d’Estivadoux

Le maar d'Estivadoux situé 1,5 km au sud-est du lac Pavin, est une petite dépression occupée par une tourbière. Le cratère comblé par les produits du Montchal et du Pavin n'est plus visible actuellement mais les carrières, les tranchées des routes permettent d'en voir les dépôts dans les environs.

 

Puy de Montchal

Au sud du lac Pavin se situe le cône de scories de Montchal d’où on a un beau panorama circulaire sur le Cézallier et le Sancy. Cet appareil a émis trois coulée de lave. L'une, épanchée vers le Sud sur une région marécageuse, montre une surface bosselée ainsi qu'un aven dit "le Creux du Soucy" (60m de longueur et 20 m de hauteur) qui est le résultat d'une petite explosion phréatique. La deuxième coulée part vers la vallée de la Clamouze à l'Ouest et la troisième, vers l'Est, a sur 16 km emprunté la vallée glaciaire de la Couze Pavin.

Cette succession d’événements est illustrée par les coupes de terrains que l'ont peut faire dans les environs de ces volcans. Celles-ci montrent la superposition de plusieurs niveaux de retombées aériennes que l'on peut corréler avec les édifices volcaniques et qui renseignent sur leur dynamisme. L'absence d'altération développée entre ces niveaux de retombées montre qu'aucun sol n'a eu le temps de se développer et que, par conséquent, ces différentes éruptions se placent dans un intervalle au maximum de quelques siècles autour de 7000ans.