REtour accueil BRGM

       Accueil BRGM Remonter Nouveautés Plan du site
    

Rochechouart

Cratère d’impact de météorite de 20 km de diamètre, dans le Limousin :
une catastrophe écologique au temps des dinosaures

La carte géologique à 1/50 000 de Rochechouart met clairement en évidence les effets de l’impact d’une météorite

vers la carte de l'astroblème

La carte géologique à 1/50000 de Rochechouart dévoile l’emprise considérable du cratère météoritique.

Ce cratère ou astroblème (du grec astron = astre et blema = coup) a un âge de l'ordre de 200 millions d'années de sorte que l'érosion continentale a profondément modifié sa morphologie (sa forme) initiale. Dans l'hypothèse où le cratère initial avait un diamètre de 20 km et la météorite une vitesse de 20 km/s, la masse de la météorite est estimée à 6 milliards de tonnes ce qui correspond à une sphère de 1,5 km de diamètre pour une densité de 3,4.
  
bulletBombardement extraterrestre

Au moment de son impact la météorite de Rochechouart s'est vaporisée et l'onde de choc a provoqué dans les roches cristallines du Limousin un métamorphisme de choc, c'est à dire des transformations considérables. Actuellement l'astroblème de Rochechouart - Chassenon est un site exceptionnel, unique au monde par certains aspects, qui permet d'observer tous les stades de ce métamorphisme de choc depuis une fusion et même une évaporation des roches et de leurs minéraux, au centre du cratère, jusqu'à une simple fracturation à l'échelle du minéral.

Cet impact a donné lieu à une gigantesque nuée ardente dans laquelle se mêlaient d'une part des gaz chauds issus de la vaporisation de roches et de la météorite elle-même, d'autre part des débris de verre provenant de la fusion de roches, enfin une quantité considérable de fragments et de poussières de roches provenant de l'explosion du socle cristallin.

bulletLes roches témoignent

Une grande partie du nuage incandescent est retombée au fond du cratère, le recouvrant sur environ 80 m d'épaisseur d'un amas de roches constituant, après refroidissement, les brèches de retombée.

retour à la carte de l'astroblème Au coeur de l'astroblème, vue caractéristique de conditions d'affleurement des brèches de retombée, de type Babaudus.

L'onde de choc a également provoqué :

- dans le fond du cratère et autour, la formation de brèches de dislocation ;

- dans un rayon de 2,5 km autour du centre de l'astroblème, la formation de cônes de percussion dans les roches les plus dures comme les granites à grain fin (microgranites) ;

- la formation locale de pseudotachylites qui sont des mylonites à aspect vitreux, c'est à dire des roches très finement broyées, formées par friction le long de fractures.

Au moment de la détente qui a immédiatement suivi la phase de compression ces fractures se sont ouvertes et ont permis la circulation de fluides à l'origine d'une fracturation hydraulique et de la création de brèches hydrothermales.

 

carrière de Champagnac

Le fond du cratère est visible dans la carrière de Champagnac entre les brèches (en ocre jaune) et le socle cristallin (en gris) fortement fracturé lors de l’impact.

chateau de Rochechouart
A Rochechouart, le fond -masqué- du cratère passe sous le chateau entre le piton (1) formé de brèches de retombée et un rocher (2) constitué de brèches de dislocation affectant des gneiss  
  

vers la photo de détail
Dans cette petite carrière un lambeau de brèches de retombée repose en discordance sur un socle cristallin constitué de gneiss recoupé par un filon de microgranite criblé de cônes de percussion dûs à l'impact

Peu après l'impact, au Jurassique inférieur, la mer a probablement envahi le cratère et y a déposé des sédiments d'une centaine de mètres d'épaisseur. Après le retrait de la mer jurassique, l'érosion continentale a commencé à attaquer la couverture de sédiments puis les brèches et a donné lieu à un bel exemple d'inversion de relief : les brèches de retombée qui tapissaient le fond du cratère se retrouvent maintenant sous forme de lambeaux dispersés au sommet des plateaux, comme l'illustre la coupe accompagnant la carte géologique.

 

bullet

Carte et coupe géologique de l'astroblème de Rochechouart - Chassenon (schéma simplifié)

Rochecarte2.jpg (72368 octets)

Legende

Dépôts fluviatiles

1 - alluvions récentes (quaternaires)
2 - terrasses alluviales anciennes (tertiaires à quaternaires)

Impactites (160 à 210 millions d'années)

3 - brèches polygéniques de retombée à fort taux de fusion
4 - brèches polygéniques de retombée rouges, riches en verre
5 - brèches polygéniques de retombée verdâtres à fragments de verre
6 - brèches polygéniques de retombée sans verre
7 - Brèches monogéniques (de dislocation) et cataclastiques
8 - Cônes de percussion

Socle cristallin varisque

9 - roches subvolcaniques (filons)
10 - granites
11 - roches métamorphiques (gneiss prédominant)

Autres symboles

12 - faille
13 - carrière de Champagnac
14 - tracé de la coupe géologique

Rochecoupe2.jpg (22312 octets)

  
cônes de percussion
cônes de percussion dans un microgranite (région de Chassenon)

un autre exemple de cône de percussion

 

 

Pour se procurer la carte géologique à 1/50 000 de Rochechouart (n° 687) et sa notice explicative de 172 pages :
bullets'adresser directement au Service Editions du BRGM
bullet BRGM Editions 
3, Avenue Claude Guillemin, BP 36009 - 45060 ORLEANS CEDEX 2
Tel : + (33) (0)2 38 64 30 28
Fax : : + (33) (0)2 38 64 36 82
e-mail : editions@brgm.fr
bulletou cliquer ici pour accéder au serveur des Editions du BRGM

 

Pages réalisées d'après les études de terrain et de laboratoire de Philippe Chèvremont, ingénieur au BRGM.

- Photos de terrain et de lames minces : Philippe Chèvremont
- Photos d'échantillons macroscopiques : Urbain de Cayeux